Eglise Saint Pierre Saint Paul de Pomponne

L’église, élevée au début du 12e siècle, dépendait du prieuré Notre-Dame, fondé en 1176 par Jehan de Pomponne. Elle conserve sa nef du XIIIe siècle, malgré les nombreuses transformations effectuées au cours du XIXe siècle. La suppression du prieuré entraîne la réalisation de contreforts contre la façade sud. On y distingue une porte à ogive du XIIe siècle et un enfeu dont les fleurs peintes sont datées du XIIIe siècle. L’église est en travaux depuis début 2009. Elle abrite le cœur de Simon Arnauld de Pomponne.

Dans le parc de l’ancien prieuré, coulent deux sources : la source Sainte-Véronique, sous les pieds de la statue, et la source Saint-Pierre sortant d’une grotte située en contrebas de l’escalier. Sous le Second Empire, la famille Dubarle aménage la première avec une niche abritant la représentation de la Sainte.

Une confrérie de sainte Véronique est attestée en 1514, mais elle est mal connue. Selon la tradition, un seigneur de Pomponne aurait rapporté d’Italie un fragment du linge ayant servi à essuyer la face du Christ lors de la montée au Calvaire. Cette relique n’est plus abritée aujourd’hui par l’église. Le nom de sainte Véronique dérive en effet de la vera icona, image du Christ imprimée sur ce linge.

En 1864, la famille Dubarle offre à la paroisse cette bannière dont le revers porte les initiales ’ S. V. ’, pour sainte Véronique. Elle est utilisée lors de la procession à la source près de l’église. Jadis, le pèlerinage avait lieu le Mardi Gras dans sa forme religieuse et le premier mardi de septembre sous sa forme populaire. Depuis 1992, il a lieu à nouveau le deuxième dimanche de septembre.